quel terreau utiliser

Lorsque vous voulez planter ou rempoter une plante, que ce soit en appartement ou dans le jardin, vous vous posez souvent la question de savoir quel terreau vous devez employer. Je vais vous donner ici quelques règles simples et vous pourrez cliquer sur le lien ci-dessous pour voir les terreaux que nous vous proposons :

Lorsque vous voulez rempoter une plante d’appartement, en pot ou en bac, le plus simple est d’utiliser systématiquement un terreau universel, souvent composé de tourbes, qui est léger, aéré, drainant tout en gardant assez longtemps une bonne humidité pour vous éviter des arrosages trop rapprochés.

Pour certaines plantes très sensibles à l’asphyxie racinaire (bégonia élatior, cyclamen, etc.), vous pouvez utiliser également un terreau plus fibreux, souvent composé de tourbe blonde ou/et de fibre de coco, qui sera très drainant.

Lorsque vous voulez rempoter une plante à l’extérieur mais en pot ou en jardinière, vous pouvez utiliser au choix un terreau universel ou un terreau pour jardinière (souvent appelé terreau à géranium). Le terreau à jardinière est souvent un terreau universel dans lequel est ajouté un certain volume d’argile (en général de 7 à 15 kg par mètre cube). L’argile permet d’espacer les arrosages en gardant mieux l’humidité, permet également une meilleure rétention des engrais dans le substrat et améliore la structure du terreau, plus favorable à la croissance de la plante. Le terreau à jardinière est conseillé lorsque vous ne surveillez pas très souvent l’arrosage de vos plantes de balcons.

Pour les plantations de plantes en suspensions qui sèchent plus vite que celles posées au sol, il est possible d’utiliser des terreaux suspensions qui sont en général très drainants mais qui contiennent des mouillants pour une meilleure réhumectation. Nous n’en vendons pas mais vous pouvez très bien utiliser le terreau à jardinière.

Lorsque vous plantez un arbre, un arbuste ou une petite plante en pleine terre, après avoir bien décompacté le terrain en le bêchant, vous pouvez faire un mélange moitié terre franche moitié terreau universel pour caler la motte dans le trou de plantation. Ce n’est pas obligatoire mais cela aide les racines à démarrer en terrain tendre, sans avoir à traverser la terre compactée de votre terrain. Ainsi, lorsque les racines atteignent la terre dure, les plantes sont bien reprises et ont moins de difficulté à s’implanter.

Je voudrais maintenant en venir au cas particulier de la terre de bruyère – souvent terre dîte de bruyère, car non véritable – qui doit absolument rester une exception et n’être utilisée que sur les plantes de terre de bruyère, que celles-ci soient en pot ou en massif : bruyère, camellia, rhododendron, azalée, piéris, magnolia ou éventuellement hortensia. Lorsque vous ne savez pas si vous pouvez en mettre, il vaut mieux utiliser un terreau universel qui sera moins nocif pour une plante de terre de bruyère que de la terre de bruyère pour une plante non acidophile !